Passerelle ouestTexte paru dans Le Passeur, revue électronique et papier de la Fédération québécoise du loisirs littéraire.

Combien de fois aie-je parcouru les routes longeant notre majestueux fleuve? Ô combien aie-je soupiré devant ces villages semi-déserts, ces églises quasi abandonnées et ces routes sans fin? Rêvant de grandes villes et d’aventures, à quel point souhaitais-je me soustraire de ce petit Québec et ses tristes contrées hivernales?

Et voilà qu’un recueil de poésie, de pensées et d’aphorismes intitulé « Passerelle Ouest » me raconte avec charme et candeur les richesses de ces landes désolées. Dans une impeccable présentation, ce petit livre sème, par traits fins, subtils et regards lucides, l’apologie d’un ordinaire serein. Entre phrases sagaces et mots d’esprit s’étalent la beauté naïve de lieux communs, l’immensité blanche de terres enneigées et les sobres joies d’un calme dépouillement. Ces paragraphes sans prétention évoquent les doux enchantements d’été trop courts, le climat et l’ambiance d’une population clairsemée et maints détails amusants du quotidien. De ces balades à bicyclette, ces marches improvisées et excursions automobile, retenons le dépouillement d’un homme qui, devant l’incontournable marche de la vie, rencontre le vide de son terroir avec patience, renoncement et philosophie. Indispensable béatitude.

Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

clear formSubmit