Le pierre et le sabre rassemble les premiers livres du roman Musashi, classique de la littérature populaire japonaise et biographie de Myamoto Musashi. Samouraï emblématique du Japon médiéval, la vie de ce héro historique devrait être connue de tout japanophile qui se respecte. Le récit, par son influence sur de nombreuses oeuvres, mangas et films, dépeint à lui seul une grande part de la culture mystique japonaise.

Après une vie de duels et de combats sans défaite, Musashi a consacré la fin de ses jours à peindre et enseigner ses infaillibles techniques de combat. Son fameux Traité des cinq roues fonde d’ailleurs les bases du Bushido.  Derrière les cinq chapitres du traité, titrés tels les cinq éléments traditionnels japonais (la terre, l’eau, l’air le feu et le vide) une philosophie de vie est établie. Par delà les actions, poses et mouvements indiqués, les mots savamment choisis renferment les principes d’une manière d’être, respectueuse, efficace, simple et digne. Ce trésor écrit m’a plus d’une fois guidé. Par ailleurs, le même traité (en ma possession depuis plus d’une décennie) explique pourquoi aujourd’hui je conserve et accumule des livres. De tels puits de sagesse seront ici précieusement conservés, partagés puis étudiés…

La pierre et le sabre est donc dédié à la jeunesse du héro, entre sa tendre enfance jusqu’à ses 29 ans.  Malgré son existence souvent solitaire, Musashi y interagit avec une impressionante galerie de personnages (la plupart devenus stéréotypes japonais). Ceci par l’entremise d’intrigues tordues, en plus de suprenant combats sanguinaires à l’extrême.

Raffinée, la mise en scène décore une narration bien léchée, d’où s’érigent d’authentiques tableaux. Pure beauté du style japonais, ce texte dégagé, parsemé de délicates images, demeure en tout temps rythmé, harmonieux et limpide pour l’imagination.
D’autres descriptions, plus saccadées, révèlent coups d’éclats parfois aveuglants, transitions rapides, actions déroutantes. De cette façon, La pierre et le sabre respecte plusieurs procédés narratifs des mangas (quelques décennies avant leur apparition).

 

À suivre dans « La parfaite lumière »…

Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

clear formSubmit