16413_1

Tel que paru sur Capitale du metal

Les derniers albums de Gamma Ray donnaient l’impression d’un groupe qui s’essouffle, sans inspiration, peut-être en fin de carrière. Pardonnons les relâchements de Kai Hansen, patriarche du power metal, auteur d’authentiques chefs-d’oeuvre musicaux et leader de Gamma Ray. Master of Confusion – peut-être le plus long single jamais produit ! – offre-t-il quelque chose de plus qu’une série de pièces ordinaires, pondues à la hâte dans des canevas répétitifs et affadis ? Puisque l’album complet Empire of the Undead ne verra le jour qu’en janvier 2014, peut-on se consoler de cette nouvelle galette de dix morceaux contenant deux nouvelles chansons, deux reprises et six pièces déjà parues en bonus sur le DVD de Skeletons & Majesties ?

Le disque commence avec les deux nouvelles pièces. Chacune symbolise à la perfection les deux principales directions musicales du groupe : power metal rapide et mélodique et heavy pop mid-tempo. Ainsi, la pièce titre de l’album à venir, Empire of the Undead, constitue un ravissement de tuerie mélodique. Arrive ensuite la pièce éponyme, celle présentée en single, qui propose cette fois un arrangement accrocheur bourré de clichés. Bien que je préfère nettement les pièces telles que Empire of the Undead, Master of Confusion contient plus qu’elle n’en laisse paraître. Ses arrangements et aspects progressifs, perceptibles après une écoute attentive, nous démontrent la maîtrise et le dynamisme d’un groupe loin de périr. Respirons un coup : ça annonce du bon pour les fans du groupe et le prochain album.

Le EP se poursuit avec deux reprises d’artistes hard rock peu connus : Holocaust et Sweet. L’exécution précise et professionnelle de ces pièces nous démontre les capacités exceptionnelles du groupe, capable de rebrasser à peu près n’importe quel matériel pour concocter des sauces musicales autant savoureuses qu’uniques. Gamma Ray apprécie sans doute Holocaust puisque c’est la deuxième reprise d’une de leurs œuvres (album : Alive 95). Bien que personellement je n’apprécie pas le hard rock, ces pièces de remplissage livrent bien la marchandise: le bourrage reste de qualité. Je les réécouterai avec plaisir (mais pas trop : j’écoute surtout Gamma Ray pour son power metal mélodique efficace et la voix de Kai Hansen).

La suite du disque, c’est-à-dire 40 des 60 minutes du EP, laisse place à de solides prestations live, toutes aussi convaincantes que les pièces précédentes. Bien que celles-ci demeurent trouvables ailleurs, le fan possédant ce disque se réjouira de réentendre quelques réussites de la carrière récente de Gamma Ray en format live, dont la longue et saisissante « Insurrection ».

Conclusion

Pour son impeccable production, sa quantité de musique et sa formidable pochette, ce disque peut s’avérer un achat intéressant…. pour un fanatique du groupe. Personellement je suis ravi : adorateurs de toute oeuvre provenant de Gamma Ray, ce disque comble mon besoin de nouveau matériel venu de Kai Hansen. Mais tout de même… vivement un nouvel album.