masterplan-novum-initium-c78470En 2002, Uli Kusch et Roland Grapow, respectivement batteur et guitariste de Helloween quittent le célèbre groupe pour se consacrer à un projet parallèle : Masterplan. Avec l’exceptionnel Jørn Lande au chant, les trois virtuoses fondent à l’époque l’une des meilleures formations de metal mélodique européen. Les deux premiers albums du groupe captivaient par leurs indéniables qualités : une voix mélodique et unique d’un chanteur en pleine possession de ses moyens, des solos intriguants et inventifs, de formidables arrangements orchestraux dans un power metal effrené mais subtil. Ainsi s’imposera le « son » Masterplan. Or le super-groupe écopera, au cours des années suivantes, de maints changements de personnel. Jusqu’à ce cinquième album où n’intervient plus, comme membre original, que le producteur-guitariste Roland Grapow. L’idée de super-groupe est à ce jour conservée : Jari Kainulainen (ex bassiste de Stratovarius) et Martin Skaroupka, ( batteur de Cradle of Filth!) performent maintenant aux côtés de Grapow. Mais surtout, ce cinquième album laisse place à un nouveau chanteur. Avec autant de changements est-ce que Novum Initium signifie vraiment « nouveau départ » ou annonce-t-il le début de la fin de Masterplan?

Après une première écoute, seule une oreille entraînée percevra le « nouveau » Masterplan, dont l’apport du nouveau chanteur. La voix aussi grave et granuleuse de Rick Altzi (At Vance, Thunderstone, etc.) et sa technique sans faille lui permettent de remplacer Jørn Lande sans heurt pour les fans. Les orchestrations demeurent, autant que les excellents solos du guitariste expérimenté. Décidemment, Masterplan n’a rien perdu de son « son ».

Sur Novum Initium, on livre ce que promets d’album en album Masterplan : professionalisme et virtuosité pour un metal mélodique de grande qualité. D’ailleurs, peu de groupes arrivent aussi bien à équilibrer les qualités du hard rock et du power metal. Encore, la sensibilité « pop » du groupe leur autoriserait les ondes des radios rock commerciales (en Europe, disons). Mais la qualité des compositions, pleines de  subtilités et de touches progressives, place Masterplan dans une classe à part. Même le simple de l’album « Keep Your Dream Alive »  témoignent des indéniables qualités de Novum initium.
La quasi-ballade au refrain prenant met en valeur l’expérience et la virtuosité de chaque membre du groupe mais surtout, cette pièce – comme bien d’autres sur l’album – atteste d’une authentique harmonie d’ensemble. La mécanique de ce « nouveau » groupe fonctionne au quart de tour.

Sans doute la fantastique production sonore de Novum initium va de pair avec la qualité générale des compositions du disque. La plupart des morceaux demeurent lents ou mid-tempo, mais toujours Masterplan ramène ces détails par lesquels brillent les grandes oeuvres. Cet album fourmille de constructions élaborées et changements inattendus (dont la formidable pièce-titre de 10 minutes!) qui au final nous procurent une expérience d’écoute de haute classe.

L’auteur de ces lignes n’est pas le plus grand fan de Masterplan. Je reprocherais à l’album quelques morceaux passables, peut-être trop conventionnels par leur construction et refrains. Toutefois, vu l’atmosphère, les arrangements et orchestrations d’une telle harmonie d’ensemble, vu les solos virtuoses et inventifs d’un Grapow en plein forme, je ne peux que m’incliner et réécouter les morceaux de cette savoureuse galette chromée.

Les amateurs de hard rock et métal mélodique en raffoleront.

8,5/10