Déconstruction d’une vie par l’interruption d’un récit sans fin. Coup de génie littéraire succinct mais direct.
Ça se passe à New York, où un auteur de polar se voit octroyer la responsabilité d’une étrange enquête, auprès de personnages étriqués, excentriques,  absurdes et déroutants.  Tellement que l’auteur-enquêteur, Quinn-Paul Auster en perd toute notion de réalité, perdu qu’il devient peu à peu dans la trame de ses découvertes. La mince ligne démarquée entre fiction et réalité, soupçons et faits, retient d’abord l’individu. Ça l’empêche de sombrer dans la folie. Or sans cette ligne pour délimiter les différentes zones de son appréhension, celui-ci perdra pied et basculera en quelques paragraphes jusque dans l’imaginaire et l’irréalité…pour en fouiller les poubelles, pour en chercher jusqu’au moindre bout de papier déchiré, jusqu’au plus insignifiant des rébus.

Premier tôme de la Trilogie New Yorkaise

Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

clear formSubmit