Pennywise, né en 1989 à Hermosa Beach en Californie, restera l’un des groupes phare et une influence majeure dans le merveilleux monde du punk rock. Archétype du skate-punk, Pennywise est l’une des raisons d’être de la renaissance punk rock des années 90. Le groupe livre une musique énergique, rapide, avec des  mélodies simples, percutantes, mémorables, parfois grandioses mais toujours intenses. Unknown road, deuxième album du groupe, transpire de toutes ces qualités, avec grand tonus et extraordinaire efficacité.

Parler de Unknown road, c’est remonter aux premières années d’Epitaph records. lorsque le catalogue de l’étiquette ne contenait qu’une dizaine de formations, toutes ou presque désormais titans du punk rock.

Unknown road figure parmi les meilleurs albums de Pennywise. La furie constante et les riffs simples quoique percutants de l’album en témoignent. Pure source d’agressivité mélodique, Unknown road coule avec une précision et une énergie crues, relevant d’une prouesse musicale sans technicités, ni frime ou fla-fla. L’intensité demeure constante mais équilibrée, dans une décharge dosée avec soins.

Après un premier album (l’album éponyme, celui avec le logo du groupe sur fond bleu) contenant maints hymnes désormais classiques, Unknown road a poursuivi la même voie, dans une bien meilleure production, à l’appui d’un budget décuplé. Bien que l’impact de chaque compositions n’égale pas les légendaires Bro hymn et No reason why du premier album, l’effort sous Unknown Road, quand on considère l’album dans son ensemble, mérite qu’on s’y arrête. Surtout, la groupe y a pris de la maturité. Le message et la force des chansons s’est précisé, l’auditoire est mieux ciblé, le propos et la musique prennent forme de manière plus claire, plus concise que sur le premier album.

À l’instar de nombreux groupes de l’époque, Pennywise se fonde avant tout sur une appréhension personnelle de la société et ses réalités. Plus individuel que collectif, Unknown road se veut tout de même politique, purement revendicateur, punk en somme. Hors de tout doute, cet album lance un puissant cri de ralliement. Or cet appel s’adresse avant tout à la personne individuelle, à l’auditeur lui-même, plutôt qu’à la société dans son ensemble. Pennywise clame la nécessité de prendre en main les rênes de sa destinée, pour que chacun de nous, de façon personnelle et intégrale, contribue à un monde meilleur. Unknown road,étale, à chaque occasion possible, les balises de la philosophie de Pennywise : par des paroles simples, directes, personnelles et éloquentes. Malgré tout, Unknown road inspire l’enthousiasme et la positivité dans un réalisme somme toute optimiste.

Le skateboard, le snowboard, et les performances qu’impliquent ces sports extrêmes s’associent à merveille avec le message et l’énergie des chansons de Pennywise. Tel que le promettait Epitaph dans son catalogue à l’époque, Unknown road s’est imposé comme la trame sonore d’une génération, marquée par l’évolution technologique et la maturité qu’atteignaient alors ces sports.
Après être tombé, relève-toi. Joue sérieusement, prends des risques. N’écoute pas l’autorité et tout ceux qui désirent t’imposer leur mode de vie. De toute façon, si tu veux exister pleinement et répondre à tes ambitions, tu devras ignorer les limites que ces autorités t’imposent.

Unknown road, c’est aussi le début d’une grande tragédie, particulière à l’histoire de PennywiseJason Thirsk (premier bassiste du groupe), n’a pu participer à l’enregistrement de l’album à cause de son alcoolisme grandissant. Randy Bradbury, bassiste du groupe RKL (Rich Kids on LSD), l’a alors remplacé. Jason Thirsk ne réussira jamais à prendre le dessus; quelques années plus tard, le bassiste original de Pennywise se suicidera. Bien qu’il sera définitivement remplacé par Bradbury, la mémoire de son nom perdurera dans la grande épopée Punk rock.
Bro hymn, réenregistré deux albums plus tard (sur Full circle) lui sera définitivement dédiée. Finalement, Unknown road aura été le début de la fin de Jason Thirsk.

Courte revue des pièces
Dans l’ordre d’apparition sur l’album, voici en gros les thèmes des chansons de Unknown road : le chemin le moins fréquenté (inconnu), la dégradation de la ville moderne, le temps, les lois et règlements, les exigences qu’on impose à soi ou autres, la vie en général, les (petits) vices, la société, l’existence, la conformité (illusoire), l’altruisme, la lucidité…

Unknown road
Avec son ouverture d’une pure intensité émotionnelle, ce vieux son de piano en contraste avec un démarrage fracassant, la pièce-titre de l’album reste un classique inconstesté.

Homesick
Chanson du tout premier vidéoclip de Pennywise. Refrain mémorable dans formule efficace.

Time to burn
Pièce dont l’originalité et la sagesse du texte explique le succès général. Y’a pas de temps à perdre!

It’s up to me
Morceau important du disque, avec introduction aussi intense qu’invitante. Parfait exemple d’un cri de ralliement lancé au niveau personnel.

You can demand
Prends conscience de tout ce que tu as – de ton existence – réalise que tu as le droit d’imposer tes propres exigences. Chanson à message, transitoire entre deux chefs-d’oeuvres.

Nothing
Ma chanson préférée de Pennywise! Ça dit en résumé : « Institutions, parents, prophètes, tous m’ont laissé en une vie morne et sans joie… Y a-t-il un sens à tout ça? »

Vices
Ultra-mélodique, rapide et mémorable.
Avertissement pour celui qui abuse. Très bon.

City is burning
Continuez de regarder la télévision, bien confortables dans vos foyer tandis que la société dégénère. Sortez de chez-vous! Une autre bonne pièce qui, sans être classique, se démarque par son intensité globale.

Dying to know
Quel est le sens de la vie? Continuons de chercher… Autre grand morceau méconnu de Pennywise. Voici l’une des chansons les mieux travaillées et étoffées de la carrière de Pennywise.

Tester
Pièce de transition courte et efficace avec refrain marquant.

Try to conform
Essaye de te conformer au modèle, tu verras, c’est difficile. À l’époque, le discours ambiant (à la mode) était anti-conformiste. Autre excellente pièce peu mentionnée par les fans. Try to conform exemplifie à la perfection le son et l’esprit de Pennywise.

Give and Get
Devant ces enfants gâtés pourris qui te blâment de ne pas être à jour, oublie-les!

Clean your head
Fais le vide, tous en ont besoin. Superbe texte dans une finale percutante pour un album désormais convaincant.

Nervous Breakdown
Pièce caché qui n’était présente à l’époque que sur le disques compact (j’avais l’album en cassette!) Super chanson de party!

Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

clear formSubmit