Dans certaines circonstances, les saisons perdent leur sens. L’été se confond avec l’hiver, le printemps se fait attendre et on rêve d’automnes pluvieux…Parfois même on ne différencie plus le chaud du froid ou l’eau du feu. Voilà que le précis paraît nébuleux, les frontières et les cadres s’estompent. Restent les taches et les nappes, dernières traces de rêves désormais réalités…sur papier!
atrbreetciel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerSoumettre