Quand les mots ne sont plus que mensonges… Regarde-moi mourir… de peur et d’espoir! Mes beaux yeux révèlent ma sensibilité et on ne saurait ignorer ma lucidité. Ne suis-je pas charmant voire attachant? Mais peut-être ne me voit-on plus en moi qu’un monstre, un mutant incohérent, une tête sans corps, un être éreinté. Je ne peux plus parler…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerSoumettre