Tel que dans les effigies de la folie, les images du second livre inspiré par le processus du Daemondala s’associeront à des textes à la fois explicatifs, descriptifs et expressifs. Voici le premier de ceux-ci, à joindre à l’Entité présenté dans le dernier article. Tous les commentaires sont bienvenue!
Hôte du bal de la débauche
De son sourire à pleines dents, de ses yeux hagards et sa peau blanche nimbée d’infections, Sieur Ælfric afflige les visions. Par les briques qui plombent son regard et son haleine fétide, les observateurs du sieur plongent en hypnose, dans les abysses de fades émotions.

Colporteur d’ambitions, Sieur Ælfric érige sans scrupule le meilleur des mondes. De transes gourmandes en orgies destructrices, ses excès animent la grande marche du Progrès, avec qui le genre humain participe. Au bal de la débauche, par soif de pouvoir, de richesse et de gloire, les valseurs se remuent, ivres, sur tapis de goudrons et lustres de débris. Au nom de l’information, de l’expertise et de maintes hiérarchies les convives se propulsent vers de prodigieux sommets, là où l’essence brûle, où les déserts transpirent, où l’odeur des ordures parfume les terres stériles.

Par la mainmise de Sieur Ælfric, intelligence, astuce et sagesse cèdent à la satisfaction des sens. Les moeurs s’enflamment, les lits brûlent, les familles éclatent, les peuples explosent, les civilisations disparaissent.

Or l’humanité perdure… au gré de l’amour, de la haine et la mort. Et, par l’inspiration de Sieur Ælfric, les décombres, s’amoncellent en un effrayant dépotoir. En pavages de bonne intentions, sous sa gouverne construisons-nous d’infranchissables murs.

« En ces usines, bureaux et entrepôts, en ces magasins, centre-d’achats et pharmacies, exploitons les faunes humaines. Encadrons-les dans l’habitude, gardons le rythme. Jouissons du joug universel, embrassons l’esclavage. Suivons mille et une thérapies, réduisons au silence nos voix intérieures. Apprenons les recettes du succès. Rendons les savoirs caducs. Subissons la seule vie qui vaille, celle qui réussit. Ensemble sacrifions-lui nos existences. De nos mutations, nous nous élèverons fumants de méchanceté, éraflés saignants, écorchés des doigts aux membres. Et enfin nous bouleverserons les pulsations de notre sang avili et maudite.
Soyez privilégiés, vous témoins des discours du Sieur Ælfric. Peut-être vous préserverez-vous des souffrances que par ma seule présence j’annonce. »

Image du texte

Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

clear formSubmit